Le commissaire aux comptes

ABORDEZ L'AVENIR EN CONFIANCE AVEC LES COMMISSAIRES AUX COMPTES

Les commissaires aux comptes savent s’adapter à chaque entité pour apporter qualité et valeur ajoutée à leurs missions. Ils agissent avec compétence et dynamisme dans le respect des valeurs éthiques de leur client pour : garantir la transparence de la communication des entités vis-à-vis de leurs parties prenantes ; comprendre et alerter sur les vulnérabilités susceptibles de menacer la poursuite de l’activité ou l’atteinte des objectifs ; alerter et confirmer l’approche et la communication des entités vis-à-vis des enjeu

Bâtisseurs d'une société de confiance

 

Le commissaire aux comptes est un auditeur légal, personne physique ou morale inscrite dans les conditions prévues au Code de commerce sur la liste près de la Cour d’Appel. C'est un professionnel indépendant qui contribue à la qualité et à la transparence de l'information financière et comptable émise par les entités contrôlées. 

Il a un rôle unique et hors du commun, astucieux et hybride, il est au service de l’intérêt général. En effet, il exerce une mission imposée par la Loi au service d’une entreprise, association, hôpital, ou université… 

Tiers légal, qui travaille dans et pour le respect des lois, il sécurise donc l’environnement des entreprises et des tiers en formulant une opinion sur l’exactitude et la sincérité des comptes annuels de l’entité qu’il a audité.

Un commissaire aux comptes a une grande liberté d’exercice : grande ou petite structure, libéral ou non, il rencontre de nombreux interlocuteurs et s’enrichie de toutes ces relations dans la réalisation de sa mission.

On compte aujourd’hui en France 13 500 professionnels indépendants et compétents.

 

Le commissaire aux comptes en 10 points clés :

  1. Il exerce en profession libérale, en cabinet, en nom propre ou sous forme de société.
  2. Il est indépendant, extérieur à l'entreprise mais rémunéré par elle.
  3. Il est nommé par l'organe délibérant de l'entité pour une durée de 6 exercices, soit en vertu   d'une obligation légale, soit sur une base volontaire.
  4. Il prête serment devant la Cour d'Appel.
  5. Il est tenu au secret professionnel.
  6. Il a une déontologie stricte.
  7. Il est tenu à un contrôle qualité obligatoire sur les dossiers.
  8. Il est tenu à une formation continue obligatoire.
  9. Il engage sa responsabilité civile, pénale et disciplinaire.
10. L'institution à laquelle il est rattaché est auprès du Ministère de la Justice.